chiffres

En 2014: le 116 000 Enfants Disparus a ouvert 955 dossiers concernant des mineurs. 412 concernaient des enlèvements parentaux, 367 des fugues, 43 des disparitions inquiétantes de mineur et 133 étaient pour des conseils de prévention.

 

Rapport d'activité

Vous voulez en savoir davantage sur les activités du 116 000 Enfants Disparus lors des années précédentes?

Retrouvez ici les rapports d'activités du CFPE Enfants Disparus, l'association qui gère le dispositif



Share

Fonctionnement

Le CFPE-Enfants Disparus assure le suivi des appels au 116000 . Il coordonne le dispositif. La réception des appels est assurée par des écoutants qui apportent un premier appui et transmettent les renseignements nécessaires à la constitution du dossier à la cellule de suivi du CFPE-Enfants Disparus . Les chargés de dossiers reprennent alors contact avec les appelants. 


Cliquez pour zoomer

La plate-forme téléphonique

Cofély Inéo, filiale de GDF-Suez, gère la plate-forme téléphonique. La réception de l’appel est assurée par un écoutant-expert. Celui-ci s’assure que la famille a signalé la disparition de l’enfant aux services de police ou de gendarmerie. Après un premier bilan avec l’appelant, l’écoutant évalue la demande, il saisit ensuite l’unité de suivi .

Absys, assure la réception des appels de nuit, les week-ends et jours fériés.

Le 116 000 est un numéro gratuit accessible 24 h/ 24  et  7 j/ 7

Il est également possible de contacter directement la cellule de suivi par le biais du site.
La réponse des chargés de dossiers se fait du lundi au jeudi  entre 9h et 18h, le vendredi et samedi de 9h à 17h.

la cellule de suivi

La cellule de suivi du CFPE Enfants Disparus assure la coordination de l’ensemble des activités du dispositif et la gestion des dossiers jusqu’à leur clôture. Les chargés de dossiers sont juriste ou psychologue.

Le chargé de dossiers

  • Saisi du dossier, il  rappelle le jeune ou la famille et fait un bilan très précis de la situation et des actions entreprises. Il oriente l'appelant, au cas par cas, dans les démarches à accomplir.
  • Le chargé de dossiers travaille en étroite collaboration avec les correspondants départementaux d’aide aux victimes (police/gendarmerie), avec le Ministère de la Justice (Autorité centrale chargée des enlèvements parentaux) et les associations de protection de l'enfance.
  • Le chargé de dossier travaille également en lien avec les associations en charge du 116000 partout en Europe.